0 items / 0.00
revue fig.

fig. #7 - technosphère

20.00

Image of fig. #7 - technosphère

Consacré à la notion de technosphère, le septième numéro de fig. engage une réflexion sur la soif de domination que les êtres humains portent sur leur environnement naturel et social et qui ne cesse de définir ce début de XXIe siècle. Cette discussion collective entre chercheurs, architectes, artistes, cinéastes et militant.es vise tout autant à replacer leurs champs disciplinaires dans ce débordement planétaire qu’à proposer des alternatives motivées par la durabilité, l’inclusion et la solidarité.

SOMMAIRE :

LE MYTHE DE L’INDIVIDU MODERNE : LA VIOLENCE DE LA LOGIQUE ET LA DESTRUCTION DE LA RAISON EUROPÉENNES - Juan Pablo Gutierrez
Juan Pablo Gutierrez est défenseur des droits humains, spécialisé dans les droits des peuples autochtones et délégué international de l'Organisation nationale indigène de Colombie (ONIC) et du peuple autochtone Yukpa. De la technosphère et de ses débordements, il livre une analyse qui renverse le développement totalitaire et eurocentré du mythe de l’individu moderne.
______________

DUPLICATA - Jérôme Maillet
Jérôme Maillet se forme à l’école d’art Olivier-de-Serres à Paris et complète son cursus à l'école d'architecture de Nantes, ville où il vit depuis. Il cherche à extraire dans ce qu’il observe l’élément qui sera porteur d’universel pour se créer de nouveaux cadres de perception. Le rapport de l’homme à son territoire est une composante récurrente dans les images qu'il produit. Il explore ainsi nos imaginaires collectifs et nos manières de nous projeter dans un espace pour composer de nouveaux récits. En atelier ou en extérieur, son travail s’articule autour du dessin et de ses champs d’expérimentation.
______________

APOLLINE VRANKEN - Entretien
Architecte femme, féministe, militante, belge, Apolline Vranken est doctorante en architecture (FNRS-FRESH) à l’Université libre de Bruxelles. Elle est l’autrice de l’ouvrage Des béguinages à l'architecture féministe. Comment interroger et subvertir les rapports de genre matérialisés dans l'habitat ? (Université des Femmes, 2018) primé à deux reprises. En parallèle de ses interventions au sein de bureaux et rédactions d’architecture, elle fonde en 2018 la plateforme L’Architecture qui dégenre, qui s’empare des utopies réalistes que sont les architectures féministes, questionne l’ordre dominant et assure un volet de conseil et de pédagogie sur la question du genre. En 2019, elle organise les premières Journées du Matrimoine à Bruxelles dont la troisième édition vient de se terminer avec succès.
Dans cet entretien, nous avons parlé de femmes, de régénération, d'intersectionnalité, d’expertise du vécu, de réappropriation du domaine public, de l’importance de se syndiquer, et de visites guidées. Nous souhaitons qu’il rende un femmage mérité au quotidien combatif et délibérément passionné qu’Apolline a fait sien.
______________

SOILS - Cinzia Romanin
Tout en dressant un bilan ironique au sujet de l’utilisation des sols et des ressources constructives depuis la révolution industrielle, le projet « Soils » permet de dépasser la simple critique en abordant de nouvelles perspectives architecturales. Telle une plongée au cœur de la matérialité, cette exploration visuelle arpente, entre traditions et innovations, les paysages africains et occidentaux à la recherche de nouvelles façons d’habiter la terre.
______________

CARGO CULT TECHNOLOGIQUE SUR LE PLATEAU DE SACLAY : UN ÉCOQUARTIER ZOMBIE AU SERVICE DE LA DÉMESURE - Emmanuel Ferrand
Parmi les projets pharaoniques du Grand Paris, le plateau de Saclay arrive en tête de la course à la démesure. Officiellement inspiré du modèle de la Silicon Valley, ce pôle technologique se construit en lieu et place de terres agricoles fertiles à la gloire d’une dynastie politique protégée par l’auréole éblouissante de la science. À partir d’une lecture historique du plateau, Emmanuel Ferrand, chercheur, retrace les racines de ce cluster et en dégage les (principales) incongruités.
______________

REMPLACER LES CAMÉRAS DE VIDÉO SURVEILLANCE PAR DES CABANES À OISEAUX - Quentin Faucompré (Le Grand Soulagement)
Ce programme propose de remplacer des personnalités médiatiques et politiques, des institutions, idéologies, objets ou concepts par d'autres éléments.
______________

ATLAS DES RÉGIONS NATURELLES - Eric Tabuchi & Nelly Monnier
Débuté en 2017 par Nelly Monnier et Éric Tabuchi, l’Atlas des Régions Naturelles a pour objectif de capturer, par la photographie, l’architecture vernaculaire représentative de la diversité du territoire français. Entre hommage et archivage, il répare une certaine injustice médiatique qui n’a cessé de creuser l’écart entre les paysages les plus photogéniques du pays et les autres, ceux dont la valeur patrimoniale (et picturale) raconte pourtant l'histoire de France. Disponible en libre accès sur leur site internet, l’ensemble des clichés est classifié selon des onglets morphologiques, typologiques, programmatiques ou historiques.
Pour ce numéro de fig., nous avons choisi de présenter de manière non exhaustive la sous-catégorie « Vestige », qui cristallise à sa manière un surpoids encore visible de la production bâtie et (tragiquement) délaissée, à l’abandon, témoin de l’accélération des temps modernes.
______________

IL VA NOUS FALLOIR UN PLUS GROS BATEAU - Thierry Beghin
Série photographique qui parle de l’homme quand il est parti. Quand le silence revient, les routes s’arrêtent au milieu de nulle part, le plastique décore les arbres comme après une fête, les passages pour piétons mènent droit dans le mur : notre agitation ne laisse pas de sens, seulement des traces.
______________

UN BEL AVENIR - Lucie Taïeb
Le texte évoque deux phénomènes distincts : d’une part, les récentes inondations en Allemagne et en Belgique, d’autre part, l’actuelle exploitation de mines de charbon en Allemagne, qui a impliqué la destruction de nombreux villages et zones naturelles.
______________

PORT NORD - Emilie Léveillé
L’ancien port industriel de Chalon-sur-Saône – dans le quartier dit du « Port Nord », fermé depuis 2003 –, est occupé en grande partie depuis plusieurs années par les membres du collectif et de la compagnie La Méandre, qui ne cherchent pas à s’inscrire absolument dans le long – culture squat oblige. Ce lieu est devenu vivace, en s’adaptant hors normes, avec ses activités-accueils artistiques, dans cet environnement parfois rude mais privilégié, dans un des extrêmes bouts de la ville, au-delà du pont de Bourgogne, pendant que, plus de six mois par an, hors saison touristique, les péniches immeubles accostent et surplombent le quai l’hiver, par temps de crue.
______________

LES GÉOGRAPHIES D’HUGO - Hugo Amour
Homme-trans-pédé-incesté, des mots qu’Hugo s’approprie, fait sien, qui sont autant de stigmates à partir desquels il ancre sa poésie, sa littérature, à partir desquels il se déploie. Sa littérature est faite d’auto-fiction, d’autoportrait, car pour lui, écrire, c’est toujours partir de soi, seule possibilité de tendre vers le monde.
______________

AFFECTS SPÉCIAUX - Carlos Solano
Mais qu’est-ce que la fin du monde a-t-elle de si « spectaculaire » ? Tandis qu’Hollywood s’acharne vainement à en faire le portrait via des films dont le budget dépasse l’entendement, il existe d’autres manières d’en faire cinéma : celles qui miroitent sans public, sans happy ending, sans relâche, notre manière d’habiter le monde.
______________

ÉNERGIES/DÉSESPOIRS - Encore Heureux, Bonnefrite, École Urbaine de Lyon
Énergies Désespoirs est une exposition qui présente des mondes qui s’effondrent et d’autres qui sont reconstruits et réparés collectivement. Fruit d’un dispositif collaboratif entre l'agence d'architecture Encore Heureux, la section de recherche en Anthropocène de l'École urbaine de Lyon et l'artiste Bonnefrite, l'exposition compose une forêt de 120 affiches peintes.
______________

LEARNING FROM FRANCE - Inès Journoud & Laure Nicoud
PFE, ENSA VERSAILLES
Lauréat Prix des diplômes 2021 de la maison de l’architecture d’île de France